Roubaix : Les salariés de La Redoute dans la rue pour des garanties sur l’emploi

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Hier, environ 500 salariés de La Redoute ont manifesté jusqu’au siège social du géant de la vente à distance. Ils demandent des garanties sur l’emploi au groupe Kering (ex-PPR) qui compte se séparer de l’entreprise.

Redoute

500 salariés de La Redoute manifestent à Roubaix mardi 22 octobre pour des garanties sur leur emploi. Les manifestants, 450 selon la préfecture du Nord et « 450 à 550 » selon les syndicats, sont partis du site industriel de la Martinoire à Wattrelos pour rejoindre le siège social à Roubaix, où ils ont tenu une assemblée générale.

Les salariés de la société de vente à distance ont interpellé sur leurs banderoles le PDG de Kering, François-Henri Pinault: « Pinault, nos salaires c’est pas du luxe »« Patron responsable = garanties sur la table », « Pinault veut revendre La Redoute, il nous faut des garanties », pouvait-on notamment y lire, a constaté un journaliste de l’AFP.

La Redoute cédée pour l’euro symbolique

Selon les syndicats, le groupe Kering a confirmé le 11 octobre « que La Redoute serait cédée pour l’euro symbolique après recapitalisation de plusieurs centaines de millions d’euros ». La date de la cession et le nom du repreneur n’ont pas été précisés pour le moment. Selon des sources proches du dossier, Kering est prêt à injecter au moins 300 millions d’euros dans La Redoute, mais n’a toutefois pas encore reçu d’offre ferme de la part des repreneurs potentiels.
« L’important, c’est que Kering, lors de la cession, accepte de nous donner des garanties de salaire sur la durée la plus longue possible », a déclaré Fabrice Peeters, délégué syndical CGT. En injectant des capitaux dans La Redoute avant de revendre l’entreprise, « le groupe est en mesure de demander au repreneur des garanties pour que ces financements soient bien utilisés dans le temps, et pour que les salariés ne subissent pas un autre plan social dans les années qui suivent », a estimé Jean-Claude Blanquart (CFDT).

Un repreneur d’ici la fin de l’année

« Le processus de cession suit son cours. Kering discute avec plusieurs acquéreurs potentiels », a déclaré un porte-parole du groupe à l’AFP. « Le groupe est dans une posture de responsabilité pour l’avenir de La Redoute. Il souhaite dialoguer avec les partenaires sociaux de façon transparente et constructive », a-t-il ajouté.

Des déclarations qui ne rassurent pas les salariés. « On pense qu’il y aura de la casse sociale« , indique M. Peeters. « On demande qu’il n’y ait pas de licenciement subi, on demande des garanties aussi bien pour ceux qui pourraient quitter l’entreprise que pour ceux qui vont rester« .

1564192661_B971050497Z.1_20130917171418_000_GPH18RPSD.1-0La Redoute emploie actuellement 2 500 personnes réparties sur ses sites de Roubaix, Tourcoing et Wattrelos. L’entreprise est le dernier vestige du pôle distribution de Kering, qui s’est recentré sur le luxe et le sport-lifestyle comme Gucci et Puma.

C.M.

Publicités

Région : « Pas de désengagement de l’État » assure Dominique Bur

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

« Non, l’État ne s’est pas désengagé dans la région Nord-Pas de Calais. » Voilà en substance le message véhiculé par Dominique Bur aux élus régionaux vendredi… chiffres à l’appui ! En 2012, l’État a dépensé 19,9 milliards et a prélevé 10,5 milliards de recettes fiscales dans la région. 

article_0605-LIL02-PREFET

Chaque année, le préfet de région présente au Conseil Régional un bilan de l’activité des services de l’État dans le Nord-Pas de Calais. Un dossier d’une vingtaine de pages, reprenant point par point la mobilisation de l’État pour soutenir l’emploi et la compétitivité, pour garantir la cohésion sociale et réduire les inégalités, pour promouvoir un développement qui préserve l’environnement et protège les populations, pour accompagner les dynamiques de territoire.

Les premiers chiffres à retenir : L’État a engagé 19,9 milliards d’euros pour la région, correspondant à la fois aux dépenses de fonctionnement (les salaires des 140 000 fonctionnaires, les dépenses des établissements publics implantés dans le Nord-Pas de Calais, les dépenses sociales relevant du budget national, les subventions diverses) et aux investissements. L’État a prélevé 10,5 milliards d’euros de recettes fiscales (s’agissant là du produit de la TVA, de l’impôt sur le revenu, de l’impôt sur les sociétés, mais pas du montant des cotisations sociales.)

« L’apport net de l’État sur le territoire régional représente donc 9,4 milliards d’euros, c’est un montant considérable, même s’il est justifié par les besoins » a indiqué Dominique Bur dans l’hémicycle.

Zoom sur l’emploi et la formation professionnelle

En 2012, les services de l’État se sont mobilisés pour faire face à la crise économique et à ses effets qui ont affecté à nouveau le Nord-Pas de Calais. Dans un contexte de chômage élevé, notre région est celle où l’intensité des politiques d’emploi et de formation professionnelle nationales mises en oeuvre est la plus forte en France métropolitaine : 890 millions d’euros ont été dégagés par l’État sur cette période pour l’emploi et la formation professionnelle (c’est 8,4% des dépenses de la France métropolitaine pour 6,1% de la population active).

72 000 demandeurs d’emploi ont bénéficié d’un accompagnement par Pôle Emploi, et 7 500 salariés licenciés ont signé un contrat de sécurisation professionnelle. Ce contrat permet d’anticiper les difficultés économiques conjoncturelles et de préparer les salariés à d’éventuelles réorientations professionnelles.

image_75274978

Avec l’activité partielle, plus de 23 000 salariés dans 900 établissements ont pu voir leur contrat de travail maintenu malgré les périodes de baisse d’activité. Sur la région, 11,5 millions d’euros ont été consacrés à cette politique.

Un commissaire au redressement productif, travaillant en collaboration avec le préfet depuis juin 2012, a accompagné 100 entreprises en difficulté représentant 11 000 emplois en région.

Pour favoriser l’accès à l’emploi des plus fragiles, l’État a financé plus de 50 000 contrats aidés, c’est 11% des contrats aidés de la France métropolitaine, dont plus de 2/3 s’adressaient à des chômeurs de longue durée.

Depuis cet été, les emplois d’avenir, les contrats de génération et les emplois francs sont créés. Pour les emplois d’avenir, la région Nord-Pas de Calais dispose d’une dotation de 7650 contrats, dont 5150 d’entre eux ont été signés avant le 1er octobre. S’agissant des contrats de génération, 592 dossiers ont été reçus de janvier à septembre. Enfin, les emplois francs, mesure expérimentale d’aide forfaitaire à l’embauche de jeunes des quartiers prioritaires dans le secteur marchand, viennent d’être ouverts aux quartiers des agglomérations de Lille, Valenciennes, Lens-Liévin et Calais.

cache_2434774749

Concernant la formation professionnelle, Dominique Bur précise que sur les 30 000 places supplémentaires proposées à des demandeurs d’emploi dans des secteurs en tension, 3000 sont affectées au Nord-Pas de Calais.

« Il n’y a pas de fatalité, et la mobilisation portera ses fruits », a affirmé le préfet Bur. « Nous enregistrons les premiers résultats de la politique engagée. Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi dans la région a baissé de 4700 personnes, soit 1,3%. Le taux de chômage a très légèrement reculé fin juin à 13,9%. Cette tendance est plus marquée chez les jeunes, pour lesquels le nombre d’inscrits recule de 4,3% depuis le début de 2013. »

Les autres chiffres révélés

L’État a renforcé son action pour garantir la cohésion sociale et réduire les disparités sous toutes leurs formes. Plus de 6000 logements sociaux nouveaux ont été construits, et 7 500 logements, sociaux ou privés, réhabilités pour faire baisser les coûts de l’énergie.

La santé bénéficie de la mise en oeuvre, effective en 2012, du Projet régional de santé, portant par exemple sur la politique de prévention et d’éducation pour la santé ou sur l’organisation et l’accessibilité géographique des soins.

L’État s’est aussi engagé en 2012 pour favoriser le développement du territoire régional, que ce soit dans le numérique (déclinaison du plan national pour le Très haut débit visant à déployer un réseau de fibres optiques à très haut débit dans chaque foyer ou entreprise à l’horizon 2022 pour un engagement de 500 millions d’euros sur 10 ans), l’agriculture (le programme « Ambition Bio 2017 a été lancé en fin d’année 2012 pur doubler les surfaces agricoles biologiques entre 2012 et 2017), la préservation de l’environnement (5 millions d’euros ont été mobilisés par les services de l’État au profit de la dépollution des friches industrielles), la culture (ouverture du Louvre-Lens, inscription du Bassin Minier à l’UNESCO), l’aménagement du territoire (réforme de l’intercommunalité, travaux importants sur les infrastructures de transport, notamment ferroviaires).

« L’État agit en Nord-Pas de Calais en parfaite articulation avec la Région et les autres collectivités territoriales, ainsi qu’avec l’ensemble des acteurs économiques et sociaux » a conclut Dominique Bur. « Je tiens à vous assurer de l’engagement des services de l’État, autour de moi, dans tous les domaines, pour porter avec vous les ambitions légitimes du Nord-Pas de Calais et pour préparer l’avenir de cette région et de ses habitants. »

Pour parcourir le rapport, c’est ici

C.M.

Nord : une mini-tornade fait deux blessés à Bailleul

Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

Des arbres tombés et des toitures arrachées. A Bailleul, une mini-tornade accompagnée d’orages a provoqué d’importants dégâts matériels dimanche soir.

article_5649a398496fb54a49f7f50c30b68e90d65c6c00

Un violent orage et un fort coup de vent se sont abattus sur Bailleul. Soudainement, une mini-tornade est apparue. D’une force dévastatrice, elle a fait deux blessés légers et a occasionné d’importants dégâts matériels. Une vingtaine de maisons ont été touchées. Les secours ont notamment recensé des toitures arrachées, des vérandas et des baies vitrées qui ont explosé. Un supermarché a aussi perdu un pan entier de mur et des chariots se sont envolés. La mini-tornade a aussi entraîné une coupure d’électricité dans 1600 foyers. Le courant a été rétabli vers 21 heures. Un arbre arraché a également entraîné une coupure de la circulation sur l’autoroute dans le sens Dunkerque-Lille, occasionnant un bouchon de 5 km.

bxc_qugcyaal9hk

«Vers 19h15, j’étais dans mon garage quand j’ai vu la porte de celui-ci soufflée vers l’intérieur. L’électricité s’est coupée, j’ai entendu un grand bruit dans la maison. Tout a été dévasté. J’ai deux cheminées qui menacent de s’effondrer…», raconte un témoin à La Voix du Nord.

Enquête de l’Observatoire français des tornades et orages violents.

Selon l’Observatoire français des tornades et orages violents, «l’enquête de terrain qui a démarré dès ce milieu de soirée du 20 octobre permet de déterminer la nature du phénomène. Une tornade dont l’intensité reste à déterminer est à l’origine des dégâts. L’enquête se poursuivra afin de déterminer la trajectoire et l’intensité du phénomène».

C.M.

Région : Les artistes ouvrent les portes de leurs ateliers

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , ,

Les Départements du Nord, du Pas-de-Calais et la Province de Flandre occidentale (Belgique) organisent la 16ème édition des « Portes ouvertes d’ateliers d’artistes ». Dans les trois territoires, des artistes amateurs et professionnels ouvriront gratuitement leur porte au grand public aux côtés d’associations de plasticiens, de galeries associatives et d’écoles d’art. 

affiche-presentation

Les portes ouvertes d’ateliers d’artistes ont pour objectif de permettre à tous de rencontrer les artistes de la région, et de découvrir leurs créations artistiques dans une ambiance conviviale et originale. Peinture, sculpture, photo, vidéo, graphisme, fusain ou encore création multimédia sont autant de domaines que les visiteurs pourront découvrir au gré de leurs passages.

Cette année, plus de 3 000 artistes, amateurs ou professionnels, accueilleront au sein de leurs ateliers et sur l’ensemble des trois territoires tous les curieux et amateurs d’art. Dans le département du Nord, plus de 950 artistes vous feront découvrir leurs créations dans près de 500 ateliers. En 2012, ce sont au total plus de 40 000 visites qui ont été enregistrées en Belgique et en France.

Planifier ses visites

Comme chaque année, un carnet de route recensant l’ensemble des ateliers à visiter, les coordonnées des artistes et des informations pratiques seront disponibles dans de nombreux lieux d’accueil (offices de tourisme, les lieux culturels et les mairies à partir de fin septembre, ou sur simple demande sur lenord.fr/poaa).

Notez également le site Internet lenord.fr/poaa qui propose la consultation des fiches et la géolocalisation des ateliers, et la page Facebook dédiée aux artistes du Nord « Les artistes du Nord – Portes ouvertes des Ateliers d’Artistes » où chacun pourra venir échanger avec les artistes grâce à ce support interactif et convivial.

C.M.

 

Lille : La gare Lille Europe évacuée

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , ,

Cet après-midi, un colis suspect a été découvert à Lille suite à l’appel anonyme d’une personne affirmant qu’il y avait une bombe à l’intérieur. La gare Lille Europe a été évacuée pendant une heure. Retour à la normale vers 17h40. 

gare_lille_europeLa gare Lille Europe a commencé à être évacuée vers 16 h45. La SNCF a été avisée vers 16h30 par le commissariat central de Lille d’une alerte sur un colis suspect, soi-disant déposé sur une place jouxtant la gare Lille Europe. A la demande des forces de l’ordre, un périmètre de sécurité a été mis en place et les trains partant ou arrivant à Lille Europe ont été déviés vers la gare voisine de Lille Flandres, a annoncé la compagnie ferroviaire. Cinq TGV ont ainsi été détournés, occasionnant un retard maximum de 20 minutes pour le train le plus affecté. Le trafic des Eurostar n’a pas été touché.

Les forces de l’ordre se sont rendues sur place. Vers 17h40, le colis suspect a été neutralisé. Fausse alerte. Retour à la normale vers 17h40.

C.M.