Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , ,

Alors que les Jeux Olympiques touchent à leur fin dans la capitale britannique, une toute autre compétition internationale débute à Lille. Dès ce soir et jusqu’au 23 août, des champions vont s’affronter dans les salles de Lille Grand Palais à l’occasion de la 2ème édition des Jeux Mondiaux des Sports de l’Esprit.

La cérémonie d’ouverture de ces Jeux très spéciaux aura lieu ce soir, à Lille Grand Palais. Au rendez-vous, non pas une flamme comme lors des Jeux Olympiques traditionnels, mais une vasque d’eau que les représentants de chaque continent et de chaque sport rempliront. « L’eau est notre symbole » explique José Damiani, l’organisateur et ancien champion de France de Bridge. « Elle signifie sagesse et intelligence. Les représentants verseront de l’eau dans une vasque, ainsi toutes les nations se mélangeront. » Durant la soirée, un défilé de drapeaux en vidéo est prévu en présence de quelques champions du monde et d’Europe des sports de l’Esprit. Puis, place à la compétition ! Deux mille joueurs internationaux (plus de cent nationalités) s’affronteront autour des tables et damiers lillois. Cinq disciplines sont représentées : le Bridge, les Echecs, les Dames, le Jeu de Go et les Echecs chinois. Jusqu’au 23 août vont se jouer au sein de Lille Grand Palais des centaines de parties ainsi que des tournois non officiels pour les classements mondiaux.

Des « autres » JO ?

En 2005, le joueur français de Bridge José Damiani constate que de trop nombreuses disciplines sportives restent à la porte du Comité International Olympique. C’est notamment le cas des sports de l’Esprit. « Le Bridge et les Echecs sont reconnus par le Comité International Olympique » explique-t-il contrairement aux Dames, au Jeu de Go et aux Echecs chinois. Il regroupe alors les cinq disciplines au sein d’une même association, l’Association Internationale des Sports de l’Esprit (AISE), puis organise ses premiers Jeux Mondiaux, en 2008. Pour y participer, les joueurs ont du prouver qu’ils étaient organisés comme de vrais sports, avec des clubs et des fédérations nationales et internationales. Concernant la discipline, il doit s’agir d’un « jeu pur, où ni la chance ni le hasard n’interviennent », qui se pratique impérativement de la même manière sur les cinq continents.

Lille Grand Palais, terrain de Jeux

La 1ère édition des Jeux Mondiaux des Sports de l’Esprit s’est déroulée dans la foulée des Jeux Olympiques et Paralympiques de Pékin, en 2008. Il y a quatre ans, 142 nationalités étaient réunies autour des valeurs du sport et des idéaux de fair-play et de respect pour ses adversaires. Mais, la crise étant passée par là, la perspective de réaliser le même événement à Londres s’est rapidement envolée. José Damiani a alors pensé à Lille : « Lille était tout aussi légitime » affirme l’organisateur, « après tout, elle est la base arrière des JO. Mais en plus, j’étais venu organiser à Lille Grand Palais, en 1998, les championnats du monde de bridge, et on avait été enchantés. »

Publicités