Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Dure, la vie d’artiste dans la métropole lilloise. En cause : l’envol des prix de l’immobilier et la difficulté à trouver une habitation avec un atelier attenant à des prix abordables. Pour venir en aide aux créateurs, la ville de Tourcoing propose six ateliers-logements dans le quartier de la gare, rue Soufflot.

Pour les plasticiens, les musiciens ou même les peintres ; pour les étudiants, les jeunes fraîchement diplômés ou simplement les artistes peu fortunés, Tourcoing expérimente les ateliers-logements sociaux au cœur d’une friche industrielle réhabilitée, dans le quartier de la gare. La Ville souhaite même qu’à chaque programme de logements sociaux, une place soit faite à des ateliers-logements pour les artistes. « Cela doit être une réflexion systématique. Il est important pour un artiste d’être dans la vie. L’art n’est pas hors sol » expliquait Maryse Brimont, adjointe à la culture au mois de juin. « Il y a beaucoup de demandes dans l’agglomération, mais nous sommes pour l’instant dans une réflexion tourquennoise. En matière culturelle, on essaie d’avancer vite et fort. Tourcoing est un terrain d’expérimentation. »

Les premiers ateliers-logements sociaux

Le bailleur LMH a été le premier à se lancer dans l’aventure avec l’ancienne usine Riga, située rue Albert-Premier. Le lieu, construit dans les années 1920, a du cachet et possède des hauts plafonds, particulièrement adaptés à la création d’ateliers pour les artistes. Ainsi selon LMH, l’ancienne usine pouvait aisément regrouper des habitations traditionnelles et des ateliers-logements. « Il nous est apparu très intéressant de mêler au sein d’une résidence des habitants et de la création » expliquait à La Voix du Nord Jean-Christophe Szulc, chargé des programmes immobilier à LMH. « On a imaginé des logements avec une surface de création attenante qui disposera d’une grande vitrine donnant sur la cour intérieure ». Les artistes qui habiteront dans ces logements sociaux bénéficieront d’un atelier de 35 m²  avec une hauteur sous plafond de 4,5 mètres. Leurs logements feront 47 m² et seront installés au rez-de-chaussée. « Cela va donner de la vie à la résidence » a ajouté Jean-Christophe Szulc. « On voulait que l’activité artistique soit au cœur des logements pour sensibiliser un maximum de gens à l’activité artistique. » Les loyers moyens seront de 400 à 448 euros par mois, hors charges.

La réhabilitation de l’ancienne usine a débuté en juin. Les logements seront livrés pour le mois de décembre. Les candidats doivent envoyer un dossier à l’adresse suivante : logementsartistestourcoing@gmail.com avant le 5 septembre. La sélection se fera sur critères sociaux et artistiques. Les artistes locataires seront néanmoins invités à participer à la vie culturelle de Tourcoing, en s’associant à au moins deux événements par an : Les Portes ouvertes des ateliers d’artistes et une visite d’atelier. « Lille Métropole Habitat n’a pas eu peur de cette innovation » salue Maryse Brimont. L’adjointe à la culture de Tourcoing espère que d’autres bailleurs se lanceront dans l’aventure. Sur le site de la Tossée, un nouvel atelier-logement est déjà annoncé.

C.M.

Publicités