Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Ils ont entre 8 et 14 ans et, lorsqu’il s’agit de trouver un métier, manquent souvent d’originalité. Avocat, médecin, pompier ou policier… Et pourquoi pas jardinier, boulanger, électricien ?

Chaque mercredi au centre social de Marcq-en-Barœul, l’ambiance est à la fois sérieuse et décontractée. Boulangerie, pâtisserie, jardinerie, horlogerie ou même poterie, des professionnels à la retraite font découvrir leurs métiers à des enfants de 8 à 14 ans lors d’ateliers d’initiation. « Nous avons deux objectifs » détaille à La Voix du Nord Didier Lemaître, président de l’antenne marcquoise de L’Outil en main, association à l’origine du projet. « D’abord, nous voulons faire connaître les métiers de l’artisanat. Ensuite, nous souhaitons valoriser les artisans à la retraite qui veulent transmettre. »

Cet après-midi-là, Paul Bourgois, artisan-électronicien à la retraite, partage son savoir-faire avec trois enfants, alors que Michel Szawroski, ancien artisan-infographiste, initie un petit groupe aux dessous du logiciel Photoshop. « Ce qui me plaît, c’est de former des jeunes et de voir qu’ils aiment ce qu’ils font, qu’ils progressent » explique Paul Bourgois, octogénaire. Et puis ils sont si fiers quand ils emmènent chez eux le fruit de leur travail ». Les enfants écoutent les explications et conseils de ces deux hommes d’expérience. Avec patience, Paul Bourgois et Michel Szawroski les encadrent, les encouragent et les félicitent. « Ca fait trois ans que je viens chaque mercredi » témoigne Louis, 14 ans. « J’aime bien concevoir des nouveaux trucs ». Ici, les jeunes réalisent un circuit électrique plutôt complexe, qui permet, en le branchant sur une enceinte, de recevoir la radio. « On a déjà réussi à écouter France Bleu Nord, mais ça ne marche pas encore à tous les coups, on cherche d’où vient le problème ». Alors que là, tout ce passe sur les ordinateurs. Mathieu, 13 ans, transforme une photo. « On est libre de faire ce qu’on veut avec l’image qu’on a pioché sur Internet, Michel est là pour nous donner des astuces ».

A la découverte des métiers manuels

Selon Didier Lemaître, fraîchement retraité, « Marcq-en-Baroeul est une ville plutôt CSP+. Certains parents savent que leurs enfants seront ingénieurs ou médecins. Malgré tout, ils ont envie qu’ils sachent se servir de leurs deux mains ».  L’Outil en main, un moyen peu commun de développer sa dextérité manuelle, d’apprendre le geste juste et peut-être même un métier. Longtemps considéré comme sous-qualifié, l’artisanat tire maintenant son épingle du jeu. « Dans les familles plus modestes, les parents se disent que ces ateliers peuvent donner des idées aux enfants. Ca a déjà suscité des vocations » se réjouit Didier Lemaître. Plus, deux générations se découvrent sous un nouveau jour. « L’intergénérationnel fonctionne à merveille » conclut le président de L’Outil en main. « Anciens et enfants profitent de la relation privilégiée grands-parents/petits-enfants, ce qui donne aux ateliers une dimension exceptionnelle ».

C.M.

 

Publicités