Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les élus métropolitains semblent tous vouloir concevoir et construire « la ville durable de demain ». Sur un secteur de quatre-vingt hectares, au carrefour de Tourcoing, Roubaix et Wattrelos, se dresse le site de l’Union, premier éco quartier de la métropole lilloise. Le projet a été conçu par les urbanistes Reichen & Robert & associés et mis en œuvre par l’aménageur SEM Ville Renouvelée.

Dans les années 1970, l’Union est un site industriel bénéficiant d’une situation géographique avantageuse, au centre du versant Nord-est de la métropole lilloise, à proximité des centres-villes de Tourcoing et Roubaix, à deux kilomètres à peine de la frontière belge. L’industrie textile y avait trouvé refuse dès la fin du XIXème siècle, avant d’être remplacée par les ateliers métallurgiques et chimiques. Puis, le quartier est devenu une friche industrielle abandonnée.

Un quartier vert

Les habitants du quartier et les entreprises implantées sur le site de l’Union bénéficient d’un cadre de vie résolument tourné vers le développement durable. Plus qu’ailleurs il est déjà possible de se déplacer autrement qu’en voiture. L’offre de transports en commun, la location de vélos, les cheminements pédestres et les nombreux parkings silos invitent chacun à réduire l’usage de la voiture. Les bâtiments et logements neufs ou rénovés utilisent peu d’énergies fossiles grâce à leurs matériaux, leur mode de chauffage, d’éclairage et de ventilation. Ils récupèrent par exemple les eaux pluviales pour les sanitaires et capturent l’énergie solaire en toiture pour produire eau chaude et électricité. L’aménagement de l’éco quartier a déjà crée de nouveaux espaces de nature grâce à un parc urbain, des bassins paysagers pour la gestion des eaux pluviales, des espaces verts privatifs où la végétation constitue un véritable vivier de biodiversité. Plus qu’un simple quartier vert, l’Union est surtout un nouveau pôle d’excellence métropolitain qui transforme physiquement le quartier et stimule l’économie notamment avec la création de la Plaine Images, de La Tossée, et l’implantation prochaine du Centre Européen de Textiles Innovants (CETI), dont l’inauguration est prévue en octobre 2012.

Pour l’aménagement des quatre-vingt hectares, Lille Métropole Communauté Urbaine a investi 174 millions d’euros. A l’horizon 2022, plus de 3 000 personnes habiteront sur le site de l’Union, 4 000 salariés y travailleront.

Etre estampillé « éco quartier »

La région Nord-Pas-de-Calais se distingue dans la réalisation d’éco quartiers. A Dunkerque, Louvroil, Grande-Synthe, Douai ou encore Courcelles-Lès-Lens, des nordistes vivent déjà dans ces villes de demain. Pour Nathalie Brocq, directrice de la SEM d’aménagement S3D de Dunkerque, un éco quartier est « une nouvelle façon d’aborder la construction de la ville, de gérer la croissance urbaine ou d’organiser les déplacements. C’est dessiner un quartier cohérent qui prenne en compte toutes les attentes des différentes populations et les perspectives de développement des villes. »

Le cahier des charges d’un éco quartier, plutôt contraignant, a été déterminé lors du Grenelle de l’Environnement. Pour qu’un éco quartier voit le jour, il doit respecter les critères du développement durable : gestion de l’eau, des déchets, préservation de la biodiversité, mobilité, sobriété énergétique, densité et éco-construction. L’éco quartier doit également être connecté avec la ville, être un moyen de poursuivre l’urbanisation existante, faciliter l’accès aux réseaux et aux transports en commun et disposer d’équipements publics majeurs.

C.M.

Publicités