Étiquettes

, , , , , , , , , , , , ,

Dans le centre-ville de Lille, les passants s’arrêtent volontiers chez Méo savourer un café au goût subtil. Depuis quelques années, les métropolitains redécouvrent la marque Méo grâce à son salon de café situé sur la Grand’Place. Peu d’entre eux savent pourtant que la société des frères Jules et Emile Meauxsoone a vu le jour en 1928 à quelques pas de là.

 « Mon père et mon oncle ont quitté Warneton en Belgique au début des années 1920, pour venir ouvrir une épicerie à Lille » raconte Catherine Meauxsoone, l’actuelle dirigeante de l’entreprise dans les colonnes du quotidien Voix du Nord. Dans les allées de la boutique tenue par ces deux frères, les Lillois trouvent toutes sortes de produits : de la volaille, du sucre, de la chicorée et bien entendu du café, déjà torréfié sur place. En 1928, alors que les mineurs nordistes préfèrent le robusta, Jules et Emile Meauxsoone introduisent pour la première fois l’arabica dans les tasses de café. Ils obtiennent des licences d’importation directe d’arabica du Brésil et révolutionnent la manière dont les métropolitains dégustent le café. La même année, ils ouvrent leur première boutique à Lille avant de gérer plusieurs salons de café dans la métropole lilloise au début des années 1930.

Bénéficiant d’une belle notoriété dans la région, les frères belges fondent la marque Méo, contraction de leur nom de famille Meauxsoone, et s’exportent dans la capitale parisienne. La torréfaction du café se fait toujours dans la boutique, devant les consommateurs. Le succès est retentissant. Dans les années 1970, les Français découvrent avec plaisir la grande distribution et Méo doit se renouveler. S’adaptant parfaitement à cette nouvelle donne, la marque ch’ti obtient un premier référencement chez Auchan. En 1986, elle créé sa première marque de distributeur pour Leclerc, en portant toujours haut son savoir-faire et son exigence.

Le succès actuel de Méo

Aujourd’hui, la marque Méo emploie cinquante salariés, dont la moitié travaille sur le site industriel quai de l’Ouest à Lille. Les cafés Méo sont vendus dans deux boutiques à Lille et Lomme, trois boutiques à Paris. Au coeur de l’usine lilloise, Méo torréfie environ 7 000 tonnes de café provenant de plus de 150 origines différentes, en marque propre, labellisée bio et commerce équitable. « Chaque arrivage est différent avec des saveurs variées qu’il faut longuement goûter et tester » révèle Catherine Meauxsoone, dans le journal Voix du Nord. Les consommateurs, eux, ne s’y trompent pas : Méo compte de nombreux adeptes, dans la métropole lilloise et dans la France entière, grâce à ses cafés devenus de véritables produits nobles. Ils sont à déguster de toute urgence, assis dans un des confortables fauteuils du salon de café Méo sur la Grand’Place de Lille.

C.M.

Publicités