h-4-1934209-1268663126

Entre janvier et juillet 2013, le nombre de vols à main armée est monté à 238, contre 160 à la même époque un an plus tôt, soit une hausse de 49%. Face à la recrudescence des braquages à travers le département, le préfet et le procureur général ont réuni ce vendredi un « état major départemental de sécurité exceptionnel ».

« Les services de police et unités de gendarmerie ont en effet constaté que l’augmentation des vols à main armée concerne essentiellement les commerces de petites surfaces de certaines activités commerciales qui apparaissent moins protégées que certaines autres activités » indique la préfecture dans un communiqué. À l’issu de la réunion, un plan d’actions a été décidé pour mieux lutter contre les vols à main armée notamment dans les commerces de proximité.

En quoi va consister ce plan d’actions ? 

« Dans les prochaines semaines, les forces de l’ordre vont poursuivre et renforcer leurs partenariat avec les responsables de ces professions (buralistes, bijoutiers, transporteurs de fonds, centres commerciaux…) afin de les sensibiliser à la nécessité de développer tous les outils de prévention et de protection, au nombre desquels la vidéo-protection. Les référents sécurité de la police et de la gendarmerie sont à la disposition des commerçants afin de les conseiller dans les actions de sécurisation de leurs activités », détaille notamment la préfecture.

Qu’en disent les petits commerçants ?

Les commerçants métropolitains semblent dans l’attente d’une amélioration, et d’une présente accrue des forces de l’ordre sur le territoire. « J’aimerai croire que cela va vraiment faire évoluer les choses, dit le patron d’une épicerie lilloise. Mais aujourd’hui, je suis septique. Selon moi, même les caméras n’arrêtent plus les malfaiteurs, ils s’en fichent complètement et passent outre grâce à des cagoules. » Même son de cloche du côté de Tourcoing, à proximité de la frontière belge. « Ils peuvent me sensibiliser à la nécessité de développer tous les outils de prévention et de protection, ironise un autre patron. N’empêche que tout est ensuite une question d’argent. Moi, je n’ai pas les moyens d’installer des caméras comme les grands magasins et les banques. Mais en cas d’attaque, je sais que je ne me laisserai pas faire. Plan d’actions ou pas plan d’actions ! » 

C.M.

Publicités