Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Comment Redoine Faïd, détenu particulièrement signalé, a-t-il pu s’échapper de la prison de Sequedin en avril dernier ? Aujourd’hui, l’enquête sur les éventuelles complicités qui ont permis son évasion a connu une avancée.

Ce matin vers 9h, les enquêteurs de la Police Judiciaire de Lille et la BRI de Lille ont interpellé quatre détenus dans les prisons de Sequedin, Douai et Annoeullin. Un cinquième homme, membre de la famille d’un des détenus, a également été interpellé à son domicile dans la métropole lilloise. Ils auraient aidé Redoine Faïd à s’échapper de la prison de Sequedin il y a six mois. C’est ce dernier qui est encore en garde à vue à l’heure actuelle.

Redoine-Faid-recit-d-une-spectaculaire-evasion

Redoine Faïd a été interpellé en mai dernier dans un hôtel de Seine-et-Marne, en grande banlieue parisienne, un mois et demi après sa spectaculaire évasion de la maison d’arrêt de Lille-Sequedin, le 13 avril. Actuellement, il est placé à l’isolement dans la prison de Fleury-Merogis (Essonne).

Une question soulevée immédiatement après l’évasion

redoine-faid-fait-l-objet-d-un-mandat-d-arret-europeen-et_563453_510x255

La question des complicités s’est posée rapidement après l’évasion spectaculaire de Redoine Faïd. « Les personnels attendent de savoir comment les objets ont pu entrer dans la détention, notamment l’arme à feu« , avait indiqué à l’époque un syndicaliste. Car on ne sait toujours pas comment Redoine Faïd est entré en possession d’explosifs et d’une arme à feu, et comment il a pu les cacher, lui qui faisait l’objet d’une surveillance renforcée.

L’enquête administrative a établi que « toutes les procédures avaient été scrupuleusement respectées par le personnel ». Mais l’enquête policière est, elle, menée par la direction centrale de la police judiciaire et la PJ de Lille. Elle s’intéresse de près à de possibles complices, externes comme internes.

Une aide interne ?

Selon les enquêteurs, la recherche de complices pose la question d’une aide interne. En avril, France 3 Nord-Pas de Calais révélait qu’un détenu, proche de Redoine Faïd, avait reconnu en garde à vue qu’il avait fourni au fugitif un ou des téléphones portables à l’intérieur de la prison de Sequedin. Au moins un de ces téléphones a été retrouvé dans les toilettes réservées aux surveillants.

C.M.

Publicités