Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , ,

Accusé de détournement de fonds publics et de biens, le maire de Wasquehal est comparu cet après-midi devant le tribunal correctionnel de Lille. La justice a mis en délibéré au 28 novembre sa décision.

tribunal-lille-google-street-view-930620-22.06.11_scalewidth_630

Tout a commencé en décembre 2010, la chambre régionale des comptes (CRC) dénonce des irrégularités dans la gestion de la commune. Le parquet de Lille diligente une enquête préliminaire confiée à la police judiciaire de Lille. Une élue d’opposition de Wasquehal dépose plainte en décembre 2011 contre le maire et certains élus auprès du procureur de la République à Lille, s’appuyant sur le rapport de la CRC, portant sur la période 2006-2009.

Celui-ci dénonçait « la situation financière très dégradée » de Wasquehal, et épinglait des « irrégularités » dues notamment, selon elle, à des « désordres de gestion » et des « dépenses de fonctionnement disproportionnées ». La chambre des comptes mettait en avant « l’absence d’encadrement de plusieurs postes de dépenses », notamment pour les indemnités pour frais de représentation du maire, passées de 17.000 à 24.000 euros de 2006 à 2009, « souvent sans rapport avec ses fonctions, ni même avec l’intérêt communal ».

GetContentCATD2GA4

Gérard Vignoble, maire de Wasquehal depuis 1977 est ainsi entendu par la PJ sous le régime de la garde à vue le 25 octobre 2012. Il n’est pas mis en examen. Mais ce jeudi, il comparaît avec sa compagne. Le maire UDI doit, entre autre, justifier de frais de restauration ou de représentation estimés bien trop élevés…

Décision le 28 novembre

Le tribunal correctionnel de Lille a mis jeudi en délibéré au 28 novembre sa décision. Le procureur a requis 2 ans de prison avec sursis, 30.000 € d’amende et 3 ans d’inéligibilité à l’encontre du maire. Le ministère public a également requis huit mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende à l’encontre de la compagne de Gérard Vignoble, employée par la mairie et poursuivie à ses côtés pour les mêmes motifs.

Le conseil de Gérard Vignoble a plaidé en vain, au début de l’audience, la prescription des faits. « Je n’ai jamais détourné un euro« , a dit le maire à plusieurs reprises durant l’audience, après avoir pourtant affirmé que « depuis le passage de la CRC, tout a été remis en ordre ». « Depuis 37 ans, tous les Wasquehaliens m’ont remis leur confiance », a ajouté M. Vignoble. « C’est une mairie qui a été gérée par des copains pour des copains, dans l’intérêt de coquins« , a déclaré lors de sa plaidoirie Me Joseph Breham, avocat de plusieurs parties civiles, dont l’association de lutte contre la corruption Anticor.

C.M.

Publicités